La cosmetique Bio

Un marché de niche en croissance : la cosmétique Bio

La France est le premier exportateur mondial de produits cosmétiques, c'est également le pays européen qui a la plus forte progression de ventes annuelles dans le secteur de la beauté. Quels sont les enjeux de cet investissement massif des grands et petits industriels de la beauté à chasser le naturel?

Un chiffre d'affaire de 230 millions en 2007, une croissance de 40% par an favorisent le positionnement sectoriel porteur de cette branche Bio de la cosmétique.

Un peu d'histoire --- pour des prises de conscience --- autres que le chiffre d'affaire !

Un programme de collaboration entre Ecocert et quelques laboratoires cosmétiques a été élaboré dès les années 2000, ce afin de constituer un cahier des charges de cosmétique éthique dans un souci de développement durable. L'association, Cosmébio, née de ce travail a connu une augmentation de près de 80% d'enregistrement de produits entre 2005 et 2006.

Cosmétique chimique et risques de santé ou cosmétique naturelle et plaisir ?

Ces dernières années, grâce à la publication par Greenpeace du guide Cosmétox (liste rouge des substances et ingrédients cosmétiques néfastes pour la santé), grâce aux associations de consommateurs, grâce aux communications accrues sur les pollutions de la planète, les consommateurs sont devenus « responsables » de leur bien-être et de leur santé et de leur environnement.

Notre peau va-t-elle rajeunir en se transformant en industrie chimique ?

Faut-il enduire sa peau avec des phtalates, des Parabènes, des glycols, des amines aromatiques, du blanc de baleine, de l'huile de tortue, de la graisse de marmotte, du collagène… Cette cosmétique implique des risques cancérigènes, neurotoxiques, des perturbations hormonales pour notre santé --- et la mort d'un animal pour récupérer certains actifs.

En 2005, de nombreuses marques de cosmétique contenaient un ou plusieurs produits chimiques nuisibles, avaient recours à des tests sur animaux. En 2007, la Directive REACH a fait sortir la cosmétique des sentiers battus, en limitant et interdisant certains produits chimiques réputés cancérigènes, en obligeant la validation d'études de toxicologie …

La recherche de l'authenticité s'est alors positionnée comme un phénomène de société !

Jusque là, l'actif du produit cosmétique était souvent issu de la recherche en pétrochimie, sa concentration était infime, son action reposait en partie à l'association des ingrédients et conservateurs du produit fini. Ces produits pouvaient s'accumuler dans la matière vivante, étaient peu ou pas biodégradables. L'innovation primait --- mais au détriment souvent de la santé. Les industriels ciblaient la promesse, la couleur, l'odeur, la forme, le nom de la molécule, le packaging ! La réglementation européenne est devenue moins permissive, les « potions magiques » ont fait un retour vers la naturalité et l'écologie. Les promesses doivent reposer sur une base solide, réelle, vérifiable.

Quelles sont les étapes de la naissance d'un produit cosmétique ?

De sa conception à sa commercialisation, de 1 à 3 années vont être nécessaires :

Principaux composants d'un produit cosmétique traditionnel :

Conservateurs, solvants, colorants : autant de produits chimiques qui entrent dans la composition des cosmétiques traditionnels. Or la jeunesse de la peau dépend de son intégrité. A force de vouloir lutter contre son vieillissement, on l'asphyxie, on la pollue, on lui fait accumuler des produits toxiques !

Excipients ou bases Eau, cires, huiles minérales, huiles végétales, esters de synthèse, huiles de silicones, émulsifiants (PEG ou PPG), tensioactif, épaississant et agents de consistance (alcool gras, silicones), adoucissants (glycérine, sorbitol, silicones) …

Le plus important quantitativement

Principes ou agents actifs Molécules, vitamines, substances hydratantes, filtres solaires … tout principe conférant les propriétés du cosmétique

Additifs, conservateurs, antioxydants Conservateurs (Parabènes, Phénoxyéthanol, formol, formaldéhyde, à base de mercure, triclosan …), antioxydants (Tocophérol acétate (dérivés de vitamine E), BHT, colorants synthétiques

Gélifiants Polymères acryliques (carbomer)

Parfums, colorants Fragrance, parfums synthétiques, muscs synthétiques, pigments de synthèse, colorants azoïques

Principaux composants d'un produit cosmétique Bio :

La nature est belle sans artifices, demandons lui son aide pour nourrir notre patrimoine jeunesse.

Excipients ou bases Eaux florales (mélisse, fleur d'oranger, bleuet, lavande, anis …), huiles végétales (argan, sésame, rose musquée, jojoba, noisette, noyau d'abricot, tournesol …), triglycérides isuus de l'huile végétale de coco : caprylic, capric), émulsifiants (Cetearyl glucoside, Myristyl glucoside, Lecithin …), agents de consistance (alcools gras, cires végétales, cire d'abeille, beurre de karité, de cacao, de mangue, adoucissant (glycérine, sorbitol)

Principes ou agents actifs Matières premières végétales, non OGM, matières premières minérales, matières premières dérivées de produits d'origine naturelle, Produits issus de l'agriculture biologique

Conservateurs et antioxydants Huiles essentielles, extraits de propolis ou de pamplemousse, et conservateurs autorisés par Ecocert : Sodium Benzoate, Potassium Sorbate, Benzyl Alcohol, Dehydroacetic acid …, Tocophérol (vitamine E naturelle)

Parfums Huiles essentielles, isolats d'huiles essentielles

Quels sont les trois critères permettant de différencier un produit de cosmétique naturelle issu de l'agriculture biologique et un produit de cosmétique traditionnelle ?

Il faut par exemple noter que dans un produit de cosmétique naturelle Bio, l'actif peut représenter 35% de la formulation ou plus, alors que dans la cosmétique traditionnelle il n'est pas rare d'en trouver moins de 1%

Les labels, le prix et l'emballage sont les signes distinctifs pour la reconnaissance d'un produit cosmétique Bio par le consommateur

Des labels : charte Cosmébio (cosmétique Bio et cosmétique écologique), Ecocert, Nature et Progrès, BDIH …

Le label Cosmébio Bio garantie que 95% des ingrédients végétaux proviennent de l'agriculture biologique

Le label Cosmébio Eco est destiné aux produits naturels. L'eau par exemple peut être pure mais n'est pas issue de l'agriculture biologique !

Pour obtenir une appellation Bio, un produit cosmétique doit comporter au minimum 70% de composants biologiques.

Les packagings doivent être recyclables, les flacons hermétiques.

Naissance de la « Bio attitude »

La charte de Cosmébio a ouvert la porte à une cosmétique éthique, certifiée, harmonisée à l'international. Cette charte permet d'offrir aux consommateurs des produits cosmétiques et des produits d'hygiène efficaces, non toxiques, constitués de composants naturels labellisés. Le but de cette charte est de sélectionner des produits cosmétiques selon des principes de précautions établis, soit des ingrédients naturels ou d'origine naturelle issus de l'agriculture biologique appartenant au référentiel établi, mais également selon des procédés de transformation et de fabrication autorisés.

La charte Cosmébio garantit des techniques d'extraction à froid, des macérations, des entraînements à la vapeur, des procédés chimiques existants dans la nature, et exclue en majorité les procédés chimiques de synthèse pure. Tous les procédés de fabrication doivent être effectués dans un respect des hommes et de l'environnement.

Le conditionnement de la matière première joue un rôle fondamental puisque la cosmétologie biologique exclue les conservateurs d'origine synthétique. Les cosmétiques Bio respectent la minoration des entrées d'air ou de contaminants. En conséquence, des règles d'hygiène, fondamentales mais souvent oubliées, sont nécessaires : le contact des doigts, de l'air avec la crème sera limité --- > ne pas laisser un pot ouvert, cela entraînerait l'oxydation du produit.

Exploitation du « filon vert »

Si un produit Bio est forcément naturel, l'inverse n'est pas vrai. La directive "cosmétiques", en cours de simplification à Bruxelles, devrait aboutir, d'ici à 2009, à une première définition harmonisée des cosmétiques naturels et biologiques. Le Grenelle de l'environnement s'est engagé à faciliter l'agriculture biologique pour éviter les ruptures de matières premières.

Choisir l'univers de la Biocosméto, c'est embellir naturellement nos cellules et préserver notre planète. Soyons citoyens de la beauté naturelle, laissons la chimie à nos voitures ! Car, nous admettons le concept de pollution des dérivés pétrochimiques pour nos véhicules et nous en tartinons notre peau sans arrière pensée !

Le coin pratique de la Biocosméto !

Un bon bain pour se délasser :

3 cuillères à soupe d'huile d'amande douce Bio, 1 cuillère à soupe d'huile de germe de blé Bio, 4 gouttes d'huile essentielle de camomille Bio, 4 gouttes d'huile essentielle de palmarosa Bio, 4 gouttes d'huile essentielle de verveine Bio.

Des soins pour les cheveux :

Mélanger de l'huile de sésame Bio (10 ml) et 2 gouttes d'huile essentielle de bois de rose Bio pour une brillance naturelle.

Ajouter à votre shampoing traditionnel Bio quelques gouttes d'huiles essentielles de mauve et d'ortie blanche Bio

Rincer la chevelure avec une décoction de thé noir Bio tamisé.

Une peau bien hydratée :

Mélanger 10 ml d'huile végétale de carotte Bio, 5 ml d'huile végétale d'onagre Bio et 10 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse Bio. Appliquer le soir au coucher.

Une peau texturée :

Mélanger 5 ml d'huile d'olive vierge, 10 ml d'huile d'amande douce Bio, 2 ml d'huile végétale de carotte Bio, 2 ml d'huile de germe de blé Bio, 2 gouttes d'huile essentielle de palmarosa Bio, 2 gouttes d'huile essentielle de bois de rose Bio. Appliquer le soir au coucher.

Fabriquer un masque : mélanger 1 cuillère à soupe de miel, 1 blanc d'œuf, 1 cuillère à soupe d'huile de germe de blé Bio, 10 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse Bio

Un après rasage :

Mélanger 10 ml d'hydrolat de Camomille Bio, 10 ml d'hydrolat de fleur d'oranger Bio, 2 gouttes d'huile essentielle de verveine Bio et 20 gouttes d'extraits de pépins de pamplemousse Bio