Des essences ... pour le psychisme !

Les senteurs fascinent les sens. Les parfums des huiles essentielles présentent des implications sur l'être et le cerveau, car les odeurs agissent sur notre inconscient.

Les huiles essentielles proviennent de l'extraction par hydrodistillation (entraînement par vapeur d'eau) d'une plante aromatique. Les qualités des huiles essentielles dépendent de leur origine, de la période de récolte, du choix de la partie à distiller, du chémotype, de l'absence de toxiques. Une huile essentielle peut présenter des caractéristiques différentes sur selon sa composition chimique, donc son chémotype. En général, les huiles essentielles sont utilisées pour leurs propriétés antiseptiques, balsamiques, respiratoires … mais leurs vertus fondamentales, longtemps occultées par la médecine allopathique, reposent sur une régulation des sphères hormonales et cérébrales.

Avant de parler « d'aromathérapie », on devrait énoncer la théorie de « l'aroma-bien-être » ! Car si les huiles essentielles peuvent être considérées comme des accompagnements dans des thérapies, des alternatives à des traitements médicamenteux dans certaines symptomatologies légères (exemple rhume), il ne faut pas pour autant oublier l'influence de l'olfaction sur notre comportement. L'odorat est l'un de nos sens qui nous lie à une mémoire affective, il est fondamental à tout âge pour la sensibilité, la perception du monde, la qualité de vie. Il est absent dans certaines pathologies neuro-dégénératives comme l'Alzheimer. Les odeurs présentent un symbolisme du passé, des évènements heureux ou malheureux. Une connexion directe entre l'hypothalamus et le système limbique explique la relation entre les odeurs et le comportement. Que nous soyons Sanguin ou Yang, Bilieux ou Yin, que nous essayons de vaincre les aléas de la vie ou que nous le subissions, il existe des huiles essentielles pour aider le psychisme autant que le physique. Cette prévention médicale naturelle est aussi une manière de retrouver un certain bien-être et d'adopter un comportement et une consommation propices à une bonne santé.

Volatile énergétique ou volatile relaxant ?

Ces composés très volatiles, diffusent et propagent leurs molécules actives au sein de l'organisme par diverses voies de pénétration (aérienne, orale, topique). Les principales molécules tonifiantes et anti-inflammatoires contenues dans les plantes aromatiques sont : des alcools, phénols, alcools terpéniques (exemple : géranium, palmarosa, genévrier, lavande, ylang-ylang, sarriette, thym à bornéol, carotte sauvage, laurier noble …), des cétones (menthe poivrée, romarin camphré, romarin à verbénone …), des terpènes mono ou polycycliques (pin, sapin, petit grain bigaradier, pamplemousse, genévrier, lemon-grass, sauge, thym…), les principales molécules relaxantes et antispasmodiques sont représentées par des esters et éthers, des aldéhydes, cétones et oxydes terpéniques, des diones (ylang-ylang, menthe poivrée, camomille romaine, hélichryse, géranium, achillée, estragon, basilic, genévrier, citronnelle, laurier, verveine citronnée, pamplemousse, eucalyptus …

Les molécules de type alcool, acide, cétone, aldéhyde, phénols … appartiennent à un genre de molécules polarisées ayant une force électropositive (capteur de protons), ces molécules vont jouer un rôle tonifiant et énergétique.

Les molécules de type ester, éthers … appartiennent à un genre de molécules polarisées ayant une force électronégative (donneur d'électron), ces molécules vont jouer un rôle relaxant et anti-inflammatoire.

La dualité du message !

Le message électrique est transmis au système nerveux sympathique, puis transformé en message chimique pour être véhiculé dans l'organisme. Ce message va donc dépendre du choix de l'essence ou de la synergie des essences, de la voie d'administration, de la qualité des huiles essentielles retenues, mais également de la perception positive ou négative, personnelle de l'odeur de ces produits.

Blues de la rentrée ?

La reprise est dure, les durées d'ensoleillement diminuent, la température fraîchit et les misères de la vie courante reprennent le dessus sur le bon moral hérité des vacances. Dilemme crucial du choix de l'accompagnement d'un produit bien-être ! Le corps demande du tonus, une énergie vibratoire positive, l'esprit cherche la paix, la relaxation, et corps et esprit liés ont besoin de l'équilibre.

Relaxation, bon moral et sommeil réparateur ? A bas les dystonies neurovégétatives (stress et fatigue chronique). Des huiles essentielles d'automne 100% naturelles ou idéalement Bio : orange douce, petit grain bigarade, mandarine verte, mandarine rouge, marjolaine à coquilles, angélique, camomille romaine, ciste ladanifère, lavande fine, lavandin super, lédon du Groenland, mélisse, menthe poivrée, romarin officinal, ravintsara, thym à bornéol, verveine odorante et verveine exotique, ylang-ylang.

Comment les utiliser ? Préférentiellement en massages (huiles végétales + huiles essentielles). Sur quelles zones ? Sur la base des poignets, sur le plexus solaire, derrière la nuque, le bas des reins, sur les muscles des jambes pour dissiper les crampes et douleurs. Pures et en synergie de diffusion naturelle (éviter de les chauffer pour ne pas modifier les compositions chimiques), sur un mouchoir, sur l'oreiller, dans le bain …

Un choix selon le moment de la journée ? Pour booster corps et humeur au travail, un petit mouchoir imbibé d'huiles essentielles à porter sous les narines, en inspiration profonde. Le stress ne s'exprime pas de la même façon chez les individus …

Quelques gouttes de :

Niaouli, petit grain bigaradier, menthe poivrée – et les effluves toniques feront palpiter le tonus.

Quand le stress forme une boule à l'estomac - marjolaine, angélique, géranium

Plexus solaire noué, étau qui enserre les tempes, angoisse et spasmes – lédon du Groenland, lavande fine, mandarine verte

Besoin d'euphorie, d'enracinement à la terre, de stimulant de libido – ylang, santal blanc, patchouli

Energie positive – saro, pamplemousse, gingembre

Laissons nous séduire par cette brume cristalline qui enveloppe les humeurs